À la découverte du monde... pédagogique :)

À la découverte du monde... pédagogique :)

Sur la route de Pondichéry

Sur la route de Pondichéry nous faisons une première étape à Tanjore, je dis nous car Luisa, une designer Portugaise en voyage pour deux ans se rend également à Chennai pour y prendre le train pour Calcutta. Nous faisons donc cette route-étape ensemble, discutant chaque jour sur la philosophie indienne et les comportements sociaux dans une mondialisation à vitesse grand V, vraiment enrichissant ! Cette ville, Tanjore, de 215 000 habitants abrite un héritage important de la dynastie Chola. Riche d'une culture du riz abondante, cette civilisation avait tout loisir de s'adonner à différents arts. Ainsi elle reste encore aujourd'hui la capitale de la musique carnatique dont nous pouvons assister au festival annuel en janvier. Outre les chants traditionnels, cette dynastie bâtit sous l'impulsion de l'empereur Rajaraja le plus grand temple Chola de l'Inde du sud, le big temple comme l'appelaient les anglais.

IMG_5715 - Copy.JPG

Il s'agit d'une splendeur taillée dans une pierre ocre-blonde haut de 66 mètres. Autrefois, quelques centaines de personnes peuplaient ce temple pour y amuser princes et divinités, aujourd'hui il est un haut lieu de pèlerinage religieux.

IMG_5708 - Copy.JPG

Après 2 heures de train nous voici à Trichi, grande ville commerçante de plus de 700 000 habitants qui nous offre un temple exceptionnel de part le mélange de profane, de sacré, de divin et de commerces en tout genre, il s'agit de Sirangam Temple. En pénétrant au travers de l'impressionnante porte sud, haute de 73mètres, on s'aperçoit très vite que ce temple est parfaitement actif, une véritable fourmilière indienne.

IMG_5725 - Copy.JPG

De nombreuses parties sont interdites aux non-hindous puisqu'elles sont en activité, mais nous percevons tout de même l'ambiance très divine qu'il y règne en regardant le défilé de croyants hauts en peintures faciales de couleurs rouge et or, rappelant parfois les « sang et or » de Bollaert ;) Les photos y étant interdites, comme dans la quasi totalité des temples, cela me laissera le privilège de l'image.

IMG_5729 - Copy.JPG

Cependant, cette architecture est encore vraiment différente avec beaucoup de couleurs et de sculptures de divinités dans un style « festif » et parfois érotique. Certaines œuvres sont surprenantes comparativement à la représentation que l'on peut se faire de l'art consacré aux divinités.

IMG_5739 - Copy.JPG

Et au milieu de toutes ses sculptures hautes en couleurs, voici quelques chefs d’œuvres qui semblent pour le coup ne pas appartenir à la même dynastie.

IMG_5735 - Copy.JPG

 

Extrêmement surprenant ! Voici une statue de EV Ramasamy dont la citation gravée sur le socle laisse perplexe dans ce pays où les croyances sont si fortes ! Vu la citation, pas étonnant que cette statue doive être surveillée et protégée 24 heures sur 24 par deux militaires armés.

IMG_5722 - Copy.JPG

IMG_5723 - Copy.JPG

Sur cette perplexité nous reprenons le train dans la foulée pour Pondichéry, la ville coloniale française par excellence en Inde ! Nous sommes dans un compartiment du train en compagnie d'une demie-douzaine d'indiens très cultivés, oui six :) (avocats, enseignants, traducteurs, acteurs). L'occasion est trop belle pour ne pas aborder, avec précaution tout de même, le sujet Ramasamy et sa citation. Et bien figurez-vous que les croyances sont si fortes que certains indiens ne comprennent même pas que l'on puisse être Athés ! Plus fort encore, ils ne le conçoivent pas. Pour imager notre conversation qui durera bien 10 minutes « d'incompréhension », voici cette phrase du leader naturel du groupe traduite en français : « Non, mais c'est que tu ne sais pas vraiment en quel dieu croire, mais tu ne peux pas ne vénérer aucune divinité, ce n'est pas possible et ce n'est pas bon pour toi car tu n'es pas protégé. » Et bien si vous le dites alors, j'y réfléchirai surtout si ma protection divine en dépend ! Bon, je vous laisse imaginer que je ne sais absolument pas quoi répondre à cela. Cependant attention, cela ne peut pas être représentatif de l'Inde, une poignée d'intellectuels ne représente pas 1,2 milliard d'habitants, il ne faut absolument pas faire de généralité de ce fait. Finalement, après cette discussion assez ambiguë, ils ne m'en veulent pas trop de ne pas croire en une puissance divine quelconque et se dévergondent. Ils se mettent à nous chanter de nombreuses chansons chrétiennes (leur religion) dans une ambiance très vivante et assez agréable ! Au milieu de la fête nous arrivons à Pondichéry, siège indien de la Compagnie française des indes orientales, créée par Colbert en 1654. Ici, on se croirait vraiment en hexagone dans certains quartiers ! Vous y trouvez des baguettes, des croissants, des chocolatines (ou pains au chocolat pour les nordistes), des chocolats chauds, des madeleines qui défient vraiment celles de Proust, des joueurs de pétanque et du pastis ! Bref, la France est belle et bien responsable de cette apport culturel colonial et ce n'est pas pour me déplaire après deux mois sans viennoiseries, Miam !

IMG_1627 - Copy.JPG

En revanche si vous souhaitez vous y rendre, un petit conseil, ne tombez pas sous le charme de la première Boulangerie, faites en plusieurs, reniflez les odeurs et n'achetez que si vos papilles vous chuchotent qu'elles reconnaissent la friandise. En effet, les indiens sont bien malins et surfent sur la vague du tourisme en vous faisant des croissants et tout l'accoutrement français mais en version copie indienne ! Bref, cela ressemble oui, mais le goût n'a strictement rien à voir, le seul point commun c'est le prix touristique parfois plus cher qu'en France ! Si si c'est possible en Inde, le petit croissant à 160 roupies (2euros), plus cher qu'un repas complet dans un restaurant. Pondichéry est donc une ville à l'atmosphère particulière qui possède vraiment beaucoup de charme dans les quartiers proches de la promenade littorale, longue de 6km. Nous louons une moto pour deux jours car les distances sont grandes et le lieu s'y prête bien, à 2euros la journée pour une bécane de 220cm3, autant ne pas se priver, mais attention la conduite en Inde est dangereuse, je ne dépasserai pas les 35 à 40 km par heure en deux jours, c'est dire ! Surtout pour ceux qui connaisse mon passif en deux roues...;)

 IMG_5747 - Copy.JPG

De toute façon sans casque ni lunettes il est difficile de rouler plus vite dans la poussière indienne. Ainsi nous parcourons les rue Dumas, Suffren, Goubert, Saint Laurent et Bellecombe, allant du mémorial de 1914-1918 à l'église Notre-Dame-Des-Anges et de la statue de Jeanne d'arc au vieux cimetière français, s’arrêtant manger un gratin de chou fleur ou un steak au poivre, que du bonheur ;)

 

La compagne de Pondi a aussi beaucoup de charme avec ses maisons en terre, ses toits de feuilles et branches de bambous et bananiers. Je vous laisse contempler cet art de vivre en parfaite harmonie avec la nature sans pour autant être "déconnecté", internet et voiture moderne.

 

IMG_1598 - Copy.JPG

IMG_1596 - Copy.JPG

IMG_1601 - Copy.JPG



13/01/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres