À la découverte du monde... pédagogique :)

À la découverte du monde... pédagogique :)

Une expérience "utopunique"

Le lendemain, à 10km au nord de Pondi, nous nous laisserons aller à une expérience unique au monde, celle de la ville d'Auroville ! Tout d'abord, avant de vous livrer nos impressions, il faut bien présenter les choses pour éviter tout amalgame. Je vais donc être le plus neutre et pragmatique possible pour ne pas vous orienter de ma critique.

Auroville fut instiguée par « la mère », sous l'impulsion de son compagnon, Sir Aurobindo, un poête et philosophe Bengali. Auroville se veut un lieu qui n'appartient à personne en particulier mais à toute l'humanité en général.

IMG_1608 - Copy.JPG

Une cité universelle où tout homme, femme et enfant doivent pouvoir vivre en harmonie et en paix, au dessus de toute croyance, politique et nationalité. Une ville pensée d'après les erreurs sociale du passé pour construire un présent et un futur meilleur. Ici on souhaite plus qu'ailleurs favoriser la recherche spirituelle et pratique pour réaliser l'unité humaine.

IMG_1609 - Copy.JPG

Ce projet utopique de conception d'une cité « idéale » a vu le jour en 1968 à 10 kilomètres de Pondichéry. Au niveau architecturale, cette ville est conçue en galaxie tournante autour d'un point central, le Matrimandir, symbolisant l'unité. Cet édifice en forme de balle de golf dorée est dédié à la méditation.

https://static.blog4ever.com/2013/07/745989/artfichier_745989_3317246_201401134045417.jpg

À l'intérieur, une chambre de méditation avec en son centre une boule en cristal de 70cm de diamètre, traversée par un rayon lumineux dirigé électroniquement depuis le sommet du bâtiment et qui représente la seule source de lumière à l'intérieur. Les bâtiments sont tous conçus en énergie neutre ou positive (qui consomment moins que ce qu'ils produisent), donc fait de briques de terre compressée, de panneaux végétaux, de bois et tissus naturels, de récupération d'eaux usés... Les enfants vont à l'école qui se veut très moderne et anglophone, malheureusement la période de vacances scolaires ne me permettra pas d'échanger pédagogie.

IMG_1607 - Copy.JPG

Cependant, elle se dit de méthode nouvelle où les élèves apprennent par investigation scientifique, par conséquent très proche de nos courants occidentaux, pour ce qui est des textes officiels en l’occurrence.

IMG_1610 - Copy.JPG

Plus de 40 nationalités vivent donc en plusieurs communautés autour du Matrimandir, plus ou moins éloignées où chacun travaille selon ses compétences, on y compte d’ailleurs beaucoup d'artisanats de grande qualité. Une partie des revenus sont reversés pour les besoins la communauté et on ne paye pas de loyer.

 

Maintenant que j'ai planté le décor, libre a chacun d'interpréter à sa façon cette expérience originale, si vous souhaitez visiter et vivre cette expérience unique au monde, enfin il me semble... Je vous invite à ne pas forcément lire mon impression de façon à vous forger votre propre opinion.

IMG_1604 - Copy.JPG

Pour ma part, voici mon point de vue qui vaut ce qu'il vaut après une journée complète à errer de-ci de-là, à lire quelques textes sur la philosophie de cette expérience et à m'intéresser à la vie locale autant que possible. J'en tire une conclusion mitigée. D'une part du fait que je n'y ai pas séjourné assez longtemps pour m'imprégner du lieu et de cette vie, d'autre part car j'ai pu lire quelques articles relatant des problèmes de gestion financière et sociale, qui m'ont impactées suffisamment pour me faire vivre cette expérience avec un regard un peu moins utopique que l'idée de départ de la « mère » et Sir Aurobindo. En fait, je m'y suis senti oppressé par cette idée de recherche spirituelle incoercitive du « divin », beaucoup trop forte à mon goût pour se vouloir sans croyance. De plus, à l'accueil, quasi militaire, quoi qu'on puisse supprimer « quasi », on vous fait implicitement comprendre que vous, « visiteur », qui n'êtes pas dans la même conception de la méditation, ne faites pas partie du même monde, comme si nous en étions du même coup inférieur. Pour une communauté prônant la paix et l'harmonie, cela fait tout de même un fort clivage, vous comprendrez donc pourquoi j'ai insisté dans ma présentation sur le fait que je me devais d'être le plus neutre possible. En effet, de nombreuses incohérences ont parfumé ma journée, notamment sur le fait que pour résider à Auroville, vous devez y être accepté par la communauté après un an de vie locale. Si tout le monde dans l'assemblée de visiteurs a trouvé cela logique de part la manière selon laquelle est tournée la phrase – implicitement notez qu'il faut pouvoir avoir des points communs pour pouvoir bien s'entendre et vivre ensemble – j'ai osé un double questionnement sur les points suivants qui suscita un certain malaise de l'orateur. Premièrement, sur quels critères accepter ou non une famille puisque d'une part le principe d'Auroville est de vivre en paix et en harmonie au dessus de toute croyance, politique et nationalité, et d'autre part, Auroville n'est censée appartenir à personne ? Deuxièmement, flairant la notion ambiguë de l'argent dans la « non réponse » précédente, j'ai mis les pieds dans le plat en demandant si la notion financière rentrait en ligne de compte dans le jugement sur l'approbation ou non d'une famille. Le malaise fut encore plus grand et je compris que la réponse, pas très claire je vous l'accorde, est tout de même positive ! En guise de conclusion personnelle, l'idée de base qui repose sur un principe de paix fondamentale, est orientée par des problèmes de gestion communautaire d'ordre essentiellement financier, et selon moi, cette communauté particulièrement riche n'est pas prête pour le moment à faire certaines concessions en partageant vraiment les richesses même si ce partage est nécessaire au sens propre du terme à l'harmonie prônée par ces fondateurs. Pour marquer les points positifs, il faut admettre que nous ne sommes vraiment pas loin de l'idéal communautaire, la marche qu'il reste à franchir semble simplement plus haute qu'elle n'y paraît, mais gardons espoir sait-on jamais ?

Nous quittons donc Auroville et Pondichéry en ce disant que même si ma critique est dure, l'expérience est belle et mérite d'être poursuivie, voir diffusée vers des horizons peut-être moins divins et plus dans un esprit de partage et de non appartenance pour, pourquoi pas, un jour voir naître une véritable harmonie humaine. Et si c'était possible...



13/01/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres