À la découverte du monde... pédagogique :)

À la découverte du monde... pédagogique :)

Le Vietnam? La case prison, un mars, et ça repart!

J'ai pris mon avion pour Hanoï tout content de me rendre en Indochine et tout se passait bien jusqu'à l'arrivée au Vietnam...

Je me présente au guichet pour les visas à l'arrivée, le douanier prend mon passeport, me regarde, scanne mon passeport, me re-regarde, re-scanne mon passeport, me re-re-regarde et me demande "avez-vous un visa?"

Et bien non puisque je viens comme tout le monde pour le faire maintenant. Sauf que nous les "frenchies", nous devons faire une démarche préalable en France qui permet de recevoir l'aval de l'ambassade du Vietnam afin d'obtenir un visa à l'arrivée. Or nous avions entamé cette démarche en France sans la finaliser, grosse erreur! Et dans le tumulte de mon départ et du retrait de Marie, cette démarche en ligne est finalement passée aux oubliettes. Alors qu'il aurait simplement fallut que je la fasse en ligne quelques jours avant en Chine, les choses se compliquent très sérieusement à la frontière car sans ce bout de papier le Vietnam n'a aucun renseignement sur moi et me considère de ce fait comme un potentiel terroriste. Les choses bougent alors très vite quand cinq minutes plus tard le chef de l'immigration arrive accompagné de deux militaires armés me présentant un rapport de violation de la loi vietnamienne d'immigration à mon nom, stipulant une forte amande et une reconduite à la frontière. Je fais mine de ne pas bien comprendre les formulations écrites en anglais et refuse de signer. Il m'explique alors avec conviction et fermeté que je vais être reconduis en Chine dans le prochain avion, que je signe ou pas. Je tente de calmer le jeu et leur demande alors s'il est possible de faire cette démarche maintenant en contactant le service qui est encore ouvert en France, sauf qu'ils ne veulent rien entendre et surveillent mes moindres faits et gestes. Je leur explique alors que retourner en Chine est pour moi impossible car mon visa Chinois expire le lendemain et qu'ils ne me laisseront pas entrer, je serai donc dans la même situation en pire car les chinois ne parlent pas un mot d'anglais. La réponse est sans appel : "It's your problem".

Je tente un peu d'humour en lançant un "yes it is", mais il ne rigole pas trop... Oups. Autant jusque là je pensais qu'il pouvait toujours y avoir un arrangement, autant après ces quelques échanges, le regard froid qu'il me lance et les gardes qui m'entourent, je comprends que la situation est bien plus grave qu'elle n'y parait et me fait perdre mon sens de l'humour moi aussi, pourtant il en faut ;)

Je leur dis que je comprends qu'il y a un problème administratif, que je le regrette, mais que je dois contacter mon ambassade pour qu'elle m'aide à trouver une solution. Je sors alors mon téléphone mais il me le prend immédiatement des mains en me disant en Anglais : "Pas de communications, c'est trop tard vous êtes en infraction, maintenant vous nous suivez, vous devez quitter le Vietnam!"

Je le suis donc, pas vraiment le choix, et il m'emmène dans un coin de l'aéroport devant une grosse porte à la vitre fumée. C'est la prison de l'aéroport. Il me met dans une cellule et me dit : "le prochain vol est à 7h30, vous restez donc ici et je viens vous chercher à 7h."

À ce moment précis, je comprends qu'aucune négociation par la discussion est possible, qu'il me faudra trouver un levier sur lequel m'appuyer pour tenter un nouvel  arrangement. Je le retiens en lui expliquant une deuxième fois que je n'ai pas de visa pour la Chine, qu'il va donc se produire la même situation. Il me répète son fameux : "it's your problem" mais me glisse également "vous avez un billet pour un autre pays?"

Je lui réponds que je peux peut-être modifier mon prochain vol pour décaler les dates et obtenir un billet pour un pays qui ne nécessite pas de démarche préalable au visa mais il me répond sèchement : "Et comment puisque vous n'avez pas le droit de quitter cette pièce, vous ferez ça à en Chine", puis il s'en va.

Il est minuit passé, j'ai moins de 7 heures devant moi pour trouver une solution car je NE DOIS PAS ALLER EN CHINE! Ce serait la pire situation.

J'ai donc toutes les données du problème, mais pas les bonnes cartes en mains. Une sacrée partie d'échec que je n'ai pas le droit de perdre. Il me faut vérifier les pays ne nécessitant pas de démarche préalable, trouver une connexion internet, acheter un billet en ligne pour le Laos au départ demain matin, et convaincre le chef de me laisser aller au Laos plutôt qu'en Chine, le tout en cellule, ce n'est pas gagné! Je crois que l'heure qui a suivi fut l'une de mes plus active mentalement que je n'ai jamais eue, je ne saurai compter le nombre de scenarii qui ont défilé, des plus hollywoodiens aux plus rocambolesques.

Finalement j'opte pour l'improvisation et toc à ma porte pour demander les toilettes. Le garde est super sympa, on discute pendant 10-15 minutes et je remarque que mon téléphone se trouve sous mes papiers et mes billets d'avion sur le bureau, qu'il ne peut donc pas voir s'il disparait quelque temps... La décision que je dois prendre maintenant est lourde de conséquences car il n'y aura pas de retour possible. Le garde étant peu vigilant je me dis que c'est possible. Pendant qu'il sort fumer une cigarette à la porte, j'en profite et vais donc aux toilettes armés de mon téléphone. Je trouve le code wifi du burger king, pour info BK123456, merci pour cette simplicité :) Je tente de contacter tout ce que je peux, ambassade, associations,... Mais ne réussissant à joindre personne, j'opte pour l'achat d'un billet d'avion pour le Laos et tenterai de convaincre le chef avec ce levier. Je vais revoir le garde discute de nouveau, repose mon téléphone discrètement et retourne dans ma cellule avec un espoir qui me fait survivre :)

Le chef vient me chercher à 7h. En chemin pour la porte d'embarquement je lui demande si je peux appeler mon ambassade avant de prendre l'avion pour voir s'il peuvent m'aider. Visiblement beaucoup plus détendu il accepte en me disant que j'ai 10 minutes, ouf ! Après un appel bidon que je mime en m'éloignant un peu je reviens lui dire que j'ai un billet pour le Laos en lui montrant la confirmation reçue par mail. Il n'apprécie pas vraiment mais me dit qu'il va se renseigner. Il fait embarquer les Chinois en irrégularité qui étaient mes voisins de cellule, hésite, puis me dit de le suivre et qu'il va vérifier mon billet. Je l'attends devant le bureau de la compagnie aérienne assez confiant, mais à ma grande surprise il revient en furie scandant que c'est un faux et que j'essaye de le rouler, le ton n'est pas à la plaisanterie du tout...

Il  donne un appel au motorola et m'ordonne de le suivre en me disant que je prendrai le prochain vol à 11h30. Cependant, il doit y avoir une erreur, ce n'est pas possible, je suis sûr de moi cette fois-ci et refuse de le suivre regardant le mail pour comprendre. Il me crie dessus, passe un nouvel appel motorola, ça sent le roussi... Je lui montre la phrase stipulant que le billet électronique peut mettre jusqu'à 48h pour être délivré et alors qu'il ne peut comprendre le mail en français, coup de chance inouï, à ce moment précis mon téléphone fait retentir la sonnerie marquant l'arrivée d'un mail, le billet électronique. La tension redescend un peu et une fois le billet vérifié, elle est totalement nulle puisque je ne suis plus en irrégularité, il me rend alors mon passeport avec mon billet imprimé pour le Laos et me souhaite une bonne journée avec un grand sourire et une bonne poignée de main.
w.JPG

Un soulagement incroyable me parcourt de toutes parts, l'humour revient, j'achète un mars, et ça repart :)

 

 



12/02/2014
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres