À la découverte du monde... pédagogique :)

À la découverte du monde... pédagogique :)

Un dernier voyage chinois... épique!

De Pingyao je dois me rendre à Beijing d'où je prends l'avion pour Hanoï dans 5 jours. Comme je n'avais pas pu prendre mon ticket de train en arrivant à 5h du matin, les guichets étant fermés, je me suis rendu à la gare à 13 heures pendant ma balade dans cette cité fortifiée. Arrivé sur place, je parviens désespérément à me faire comprendre de la guichetière qui ne fait aucun effort, pour m'entendre dire qu'il n'avait plus de couchette, ni de siège pour Beijing, dans aucun des trains d'ici trois jours. Or, j'ai mon avion dans 5 jours et je veux absolument voir la grande muraille et la cité interdite avant de quitter la Chine! Je dois donc trouver une solution! J'opte donc finalement pour le bus qui fait Taiyuan-Beijing en express et j'achète un ticket de train "stand up" (debout) pour Taiyuan le sur-lendemain à 6h. Il me restera à trouver un bus pour Beijing sur place dans la journée car on ne peut pas réserver. Ça parait assez folklorique mais c'est ma seule option pour éviter 13 heures de train de nuit DEBOUT! Je passe une bonne soirée à discuter avec des chinois en mode touriste qui partagent le dortoir et qui me disent que j'ai beaucoup de chance car la météo prévoit de la neige pour demain et ici c'est rare et très joli sur ces anciennes demeures! Chouette alors!

Le lendemain jusqu'à 16h, pas un flocon à l'horizon. Quand soudain, c'est la tempête de neige! Il tombera 15 à 20 cm en 2h.

IMG_9603 - Copy.JPG

C'est très joli en effet, je prends quelques photos, ne me fais pas plus de soucis que cela car je ne réalise pas vraiment et rentre à l'auberge de jeunesse pour profiter de ma dernière soirée bien au chaud. Je partage une partie de billard et trinque une bière avec les routards du moment quand la réceptionniste me glisse ce petit message : "les bus sont annulés à cause de la neige." Oups! Il est 19h, je n'ai plus de moyen de transport pour Pékin, les trains sont complets depuis déjà deux jours et ça ne risque pas de s'arranger avec les intempéries... Là ce n'est plus mes visites qui m'inquiètent mais mon avion pour le Vietnam! On regarde toutes les solutions possibles mais pas de place pour la capitale sauf une, une place debout, la dernière, dans un train qui fait Taiyuan-Beijing et qui part cette nuit à 3h41! Je ne cherche pas à réfléchir car c'est la seule place, vendue! Je ferai le voyage de nuit debout mais au moins un des problèmes est réglé!

Maintenant, reste celui de me rendre à la gare de Taiyuan à 90 km au nord. Les réservations sur internet sont closes car les départs sont dans moins de quelques heures, il faut donc que je fonce à la gare pour acheter un ticket. C'est à 2,5km sur la neige, faisable, mais je dois d'abord rendre le vélo loué. Je mets donc mon énorme sac sur le dos, mon petit sac dans la corbeille à l'avant du vélo et glisse ma poule! C'est tendu mais finalement la poudreuse accroche bien. Le loueur de vélo explose de rire et appelle sa famille à mon arrivée, je pense qu'il ne s'attendait pas à voir revenir son vélo ce soir, et encore moins chargé comme une mule sur la neige! Bref on rigole bien et il m'offre un saké, "c'est ça qu'est bon!" ;)

Bien réchaufé, il me reste 1,5km, j'engage la marche et là c'est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus délicat que le vélo! En effet sous la poudreuse une fine pellicule de glace me laisse en suspens à chaque pas, pire qu'un film d'Alfred Hitchkok! Je ne sais jamais dans quelle direction mon pied va glisser! Heureusement je trouve rapidement un taxi courageux qui n'est pas rentré au chaud et m'emmène à la gare, ouf!

Une fois au guichet, il ne me reste plus qu'à me faire comprendre et malheureusement... c'est la même guichetière que la veille. La partie s'avère compliquée à tel point qu'à partir du moment qu'elle a compris que je ne parlais pas chinois, elle ne m'écoutait même plus et servait les chinois qui se trouvaient dans mon dos, assez hallucinant comme scène! Juste avant le troisième client j'ai mis mon sac en opposition et lui ai demandé un ticket pour Taiyuan avec l'amabilité d'un ours qui sort d'hibernation sans avoir mangé depuis 3mois! Miracle de l'ours sans doute, elle comprend! Comme quoi ce n'était pas si compliquer de comprendre "ticket" et "Taiyuan"! Bon, il faut s'y faire, la Chine est composée de 1,3 milliard d'habitants dont la majorité considère que sur terre il y a EUX, et ceux qu'ils appellent "les autres", peu importe le continent, le pays, la religion, la couleur de peau... C'est ainsi.

Me voici donc propulsé sur le quai car le train est imminent. J'arrive à trouver l'endroit où je dois me positionner sur le quai en attendant le train grâce à un décodeur à gesticulations chinoises que j'ai sans doute développé ces dernières semaines. Il faut dire que nos cultures sont tellement éloignées que même les gestes sont différents. Pour exemple personne ne comprend si je mets mes deux mains jointes sur l'une de mes joues en penchant la tête et fermant les yeux (dormir). D'accord, je ne suis sans doute pas le Charlie Chaplin du XXIème siècle mais quand même! J'en déduis donc qu'ils ont des gestes totalement différents qui correspondent bien plus à leurs habitus culturels. Pour résumer, en Chine, inutile de parler, inutile de gesticuler, il faut écrire! En revanche pour nous c'est une autre paire de manche car ce n'est pas écrire, c'est dessiner! J'ai donc toujours sur moi un stylo et du papier avec des mots simples à calligraphier qui permettent de presque se faire comprendre si en face on fait autant d'effort... Et dans l'ensemble les chinois sont plutôt serviables et très volontaires, du coup j'ai toujours été aidé rapidement dans les situations complexes, ça change de l'Inde ;)

Bref, c'était la petite anecdote en attendant le train que voici. Dans le wagon, nous sommes environ 30 à être debouts au milieu des sièges et des nombreuses hôtesses qui déambulent avec leur chariot pour vendre des snacks et nous faisant du même coup nous exercer au contorsionnisme comme si nous voulions en faire notre profession! Les 2 heures de ce premier train me laisse un avant goût amer de ce qui m'attend pour Pekin...13 heures! Aïe, ça va piquer!

Je passe l'attente au Mac Do comme tout le monde et après trois burgers, 2 grandes frites et 1 litre et demi de coca, les 4 heures passent. Entre deux frites, j'ai réussi à upgrader mon ticket en sleeper! Ce qui signifie que j'ai un lit, youpi :-)

En avant pour le deuxième train. Je trouve mon wagon, je monte, je cherche ma place, tous les lits sont pris, oups! Je retourne voir le contrôleur pour être sûr d'être dans la bonne voiture et il m'indique de loin mon compartiment, c'est de là dont je viens, ça s'annonce compliqué... Je gesticule donc pour lui faire comprendre que les lits sont pris et que je souhaite qu'il m'accompagne pour venir voir. Ce fut folklorique mais il finit par venir. En effet, un chinois avec un ticket stand up (debout) dort dans mon lit depuis le départ du train dans le sud de la Chine. Ce qui est bien c'est qu'il libère très vite ma place et je peux m'installer dans ce lit. Ce qui est moins bien, c'est que c'est un gros fumeur et que le lit sent le tabac froid à plein nez! S'il y a bien une odeur désagréable... Enfin je ferai avec car c'est toujours mieux que debout!

Avant de m'installer je demande une dernière chose au contrôleur par deux trois gestes, l'heure d'arrivée du train pour caler mon réveil. 9h23! Ah? Mais je conprends pas, le trajet est sensé durer 13h et il est 3h41... Impossible de comprendre le contrôleur qui m'explique en mode speed quelque chose en chinois et s'en va. Me voilà bien rassuré pour ce trajet :-/ Enfin je peux dormir au moins jusqu'à 9h, et si je ne suis pas à la capitale à 9h23, je resterai dans le train puisque la Pékin est le terminus! Je cale donc toutes mes affaires sous le lit et dors comme une pierre jusqu'à 5h du matin.

Pourquoi seulement 5 heures? Et bien c'est précisément à cette heure-ci que mon voisin du dessus, un bon 90 kilos, qui en descendant de son lit a préféré mettre son pied et tout son poids sur ma cheville droite endormie plutôt que sur la marche prévue à cet effet. Évidemment, ça a fait craque! La douleur monte immédiatement au cerveau, me réveille en sursaut et me fait comprendre que cet “ABRJVRTI” vient de me faire une belle entorse, j'en rêvais en Chine! Le pire c'est qu'il ne s'excuse pas et que deux minutes après il revient s'asseoir sur mon autre jambe! Là j'avoue que mon réflex l'a fait se lever en moins d'une seconde! Je veux bien qu'il y ait une grande différence culturelle mais de là à se marcher dessus, quand même pas, et c'est le cas de le dire!

Bref, je passe la fin du voyage à me faire un bandage pour éviter que ça enfle trop puis essayer de penser à autre chose pour oublier la douleur (ce n'est pas non plus une grosse entorse, c'est largement supportable). Finalement je dors un peu et suis réveillé par une contrôleuse qui me dit que j'arrive bientôt à destination. Je me réveille doucement et constate qu'il est seulement 7h30! Du coup je ne comprends plus rien, premièrement le trajet devait durer 13h, ensuite on arrive finalement à 9h23 (soit moins de 6h de train) et maintenant il n'est même pas 8h qu'on me dit que je suis presque arrivé? Mais où allons -nous? Pékin? Gros coup de stress, je file voir la contrôleuse qui parle anglais! Je la trouve rapidement, et elle me rassure finalement en me disant que nous arrivons bien à Pékin! Ouf! Quel soulagement. Je ne cherche même pas à comprendre pourquoi nous avons 2 heures d'avance et fait mon sac, en scrutant les panneaux du quai... BEIJING (Pékin), j'y suis!

Sur le quai je dois marcher avec mes 30 kilos sur le dos sur toute la longueur du quai, soit environ 800 mètres, prendre le métro puis marcher jusqu'à l'hôtel, bref une vraie promenade de santé pour achever ma cheville. Enfin je suis arrivé, c'est le principal! Quelle aventure...



10/02/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres